Utopie numérique, riche intervention de Sandrine Roudaut qui résonne avec L’avenir des pixels

« L’utopie, ce n’est pas un moyen de fuir la réalité, c’est LE moyen de la changer.», nous dit avec justesse Sandrine Roudaut, auteure et éditrice aux Éditions La Mer Salée (biographie), lors de sa riche intervention du 13 juin 2018 dans le cadre de l’événement nantais Web2day. Je vous invite vivement à prendre le temps de la regarder intégralement.

Dans son intervention, elle explique le caractère insoutenable du numérique tel que nous le connaissons aujourd’hui (épuisement des ressources, épuisement de l’humain) et nous invite à façonner un numérique conscient.
Son message, optimiste pour les utopistes, résonne avec la démarche de L’avenir des pixels, de plusieurs façons :
– de façon générale, avec la mission du projet (avenirdespixels.net/mission), qui nous invite prendre conscience de notre « super pouvoir » et à l’exercer de façon responsable (avenirdespixels.net/enjeux)
– lorsqu’elle aborde l’enjeu de notre attention (cf Notre attention : un bien commun précieux).
– lorsqu’elle évoque les villes « intelligentes » (cf l’intervention “Smart Citizens, not Smart Cities” d’Aral Balkan, qui invite les villes à émanciper les citoyens grâce aux technologies plutôt qu’à restreindre nos libertés).

Sandrine Roudaut rend hommage à Aaron Swartz, un utopiste qui nous a quittés à l’âge de 26 ans. Il a notamment développé le format de flux RSS et participé à l’invention des licences Creative Commons. Pour mesurer ce dont nous lui sommes redevables et que nous devons préserver, je vous invite à regarder le documentaire The Internet’s Own Boy – The Story of Aaron Swartz.

A la fin de son intervention, Sandrine Roudaut nous rappelle – en citant l’anthropologue américaine Margaret Mead – que, pour réaliser une utopie, nous n’avons pas besoin d’être nombreux. C’est pour cela que L’avenir [des pixels] est entre nos mains a nativement été conçu comme un livre “actif”
Ensemble (rejoignez-nous !), nous pouvons soulever des montagnes.

 

 

Le film documentaire The Internet’s Own Boy – The Story of Aaron Swartz, diffusé sur Peertube (joinpeertube.org/fr), alternative libre et décentralisée à YouTube :

 


Comment soutenir le projet.
Acquérir L’avenir [des pixels] est entre nos mains .
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.

An open letter to late Michael Ajakwe Jr. ✝

Writer, director, and producer Michael Ajakwe Jr., founder of the very first webseries festival (the Los Angeles Webseries Festival) passed away on May 31st, 2018. I will, like many, miss him a lot.

Michael Ajakwe, fondateur du Los Angeles Webseries Festival nous as quittés le 31 mai 2018. Comme à beaucoup, il me manquera.

Dear Michael,

You just passed away. I want to write you a few words and, if I decide to make them public, it is because I hope they might soothe a little the pain your departure is causing to your family and friends.
I don’t know how you will be reading these lines but I believe you will.

We first met at the Marseille Web Fest in October 2011. You were in the room while I was taking part to a panel about the future of our industry. I was defending the idea that it was in our interest, as creators, to embrace cooperative approaches. I remember vividly our very first talk. You told me you had listened to the panel and you kindly asked me to come over to the upcoming edition of the Los Angeles Webseries Festival in 2012 in order to spread this message. Our minds had connected. Now, I can share something I think I never told you. Right after you asked me to come over to L.A., I went out of the venue, wandering in the streets of Marseille, crying like a child overwhelmed by emotion.

It is when I came to the Los Angeles Webseries Festival in 2012 that I realized how deeply we were connected. What you had created with the Fest was a very unique gathering of creators coming from all over the world to whom you gave the opportunity not only to screen their series in front of an audience, but to learn from each other. Many of the panels’ title was “How We Made Our Web Series.” What the web brought to creators is that we do not have to ask permission to create. You acknowledged this by naming the very first panel in 2012 “How We Made Our Web Series Without Asking Permission”. In your festival, creators are not in competition with one another. To illustrate the fact that you believe creators are in competition only with themselves and not against others, you launched a very unique award ceremony where you were congratulating each creator, spotlighting what each had achieved best in their creative work.

As you have always been so supportive of everyone, you have been with me. When I told you I had the project to write a book, it immediately became important to your eyes. You were regularly taking news of my work : “how many pages have you written?”, “When will it be finished?”. Without your presence around this project, I might not have found the energy it required to write it. I found motivation in your encouragements. Thanks to you, I also met wonderful people, with whom I have the most meaningful conversations and work on meaningful projects.
I know I am far from being the only person who can say the same about what you brought to their life. Many people who had the chance to cross your road know, in their heart, how you had an impact on their life.

When I was informed by your close friends that you had just passed away, I learnt something about you. When people asked you “Why did you create a webseries festival?” (probably implying webseries are not “serious” creative work), you answered by a question: “Why not?”. I love that, for various reasons. Because it is a very peaceful way to answer (you avoid starting a debate). Because you are in fact advising the person in front of you to question herself. And, because it resonates with the title of a text (Pourquoi pas ?) I wrote for a little book that was released a few months ago, giving me a new opportunity to talk about you and honor your memory. I believe “Why not?” is probably the most inspiring question to ask oneself. It implies that, if we put effort and cooperation, anything can be achieved. These two simple short words can be a way to remember you and to find inspiration to act boldly.

The tears of joy I had when we first met are now replaced by tears of sadness. But, what gives me hope in this moment is that I believe you will always be there somewhere, pursuing the mission you gave yourself on Earth. Thank you for having been such a precious friend, thank you for your sense of humor, for your energy, for your courage. Through all the encouragements you gave, through all the connections you gave birth to and that are still alive, through the inspiration you spread and through many other of your achievements, you will remain alive.
Rest in Peace, my good friend from the Angel City.

Michael in Hong Kong, June 2013

[Replay enrichi] “Smart Citizens, not Smart Cities” – Aral Balkan (Gand – 17 avril 2018)

Aral Balkan (@aralar.al) est intervenu en direct de Gand le 17 avril pour une conférence intitulée “Smart Citizens, not Smart Cities”, dans le cadre d’une série d’interventions sur le thème Democracy in a Digital Age.
Vous pouvez revoir ici son intervention (à partir de 1h48), à la fin de laquelle il explique le projet qu’il développe actuellement avec la ville de Gand et qui a pour vocation de permettre aux citoyens de reprendre le contrôle de leurs données et de leur vie privée : le début d’un Internet nouvelle génération ? Les villes ont un rôle à jouer pour nous permettre de reprendre le contrôle de nos destins (/ destins numériques). Avec Aral Balkan et l’équipe qu’il a constituée, Gand montre concrètement la voie.

Le programme de l’après-midi :
Albert Meijer – Participative or Representative democracy?
Gerrie Smits – Blockchain
Aral Balkan – Smart Citizens, not Smart Cities (à partir de 1h48)
Panel discussion
Etienne Augé – Cities and Science Fiction

Aral est mentionné à plusieurs reprises dans L’avenir [des pixels] est entre nos mains (pages 145-146 dans le chapitre ‘Le réseau social, c’est nous’, page 228 dans le chapitre ‘Notre liberté dans l’océan de pixels’).
Aux côtés de Laura Kalbag (@laurakalbag), il travaille à l’avènement d’un Internet éthique en développant Ind.ie. Il est l’auteur du Manifeste du design éthique (mentionné dans l’article Notre attention : un bien commun précieux).
Sous le flux vidéo de sa conférence du 17 avril 2018, un article de John Harris (@johnharris1969), journaliste à The Guardian, au sujet d’Ind.ie, ainsi que d’autres interventions d’Aral Balkan.

En préambule, voici en images l’interview dont Aral Balkan fait entendre un extrait aux participants au début de son intervention. Il s’agit de l’interview de Christopher Wylie (@chrisinsilico) publiée par The Guardian le 17 mars 2018. Christopher Wylie a travaillé pour Cambridge Analytica. Il a révélé au monde les pratiques de l’entreprise et de Facebook. The Guardian a publié une riche enquête (The Cambridge Analytica files) sur le sujet. Cette interview est une ressource de l’un des articles de l’enquête (How Cambridge Analytica turned Facebook ‘likes’ into a lucrative political tool).
(La chaîne Channel 4 a également publié une enquête sur Cambridge Analytica : Data, Democracy and Dirty Tricks)

Aral Balkan à partir de 1h48

C’est dans cette intervention qu’il proposait de faire naître à Gand « The next generation of the Internet » :

Un article de The Guardian (1 février 2018) :

Publicité : des robots ciblent des robots… et des dizaines de milliards d’euros partent en fumée

50 milliards de dollars au bas mots seraient dépensés en pure perte par les annonceurs, selon un rapport de la Fédération mondiale des annonceurs. Ces derniers sont face à un choix crucial : quel Internet, quel monde souhaitent-ils contribuer à construire ?

50 milliards de dollars !
Telle est le montant, estimé par les annonceurs, par la voix de World Federation of Advertisers (Fédération mondiale des annonceurs), de la “fraude publicitaire”. L’Agence France Presse (AFP), reprise par de nombreux titres, comme le magazine Stratégies), s’en est fait l’écho en France le 8 novembre 2017, à la suite de la publication d’un rapport de la World Federation of Advertisers. Ce rapport précise que ce montant de 50 milliards est une estimation prudente. La “fraude publicitaire” pourrait être d’un montant 3 fois supérieur et avoisiner les 150 milliards de dollars ! (Ad fraud is likely to represent in excess of $50 billion by 2025, even on a conservative basis. Without sufficient counter measures, it’s easy to produce scenarios where ad fraud revenues equate to $150 billion per annum in the same time frame).

Par quel mécanisme ce montant exorbitant, surréaliste, vient-il à partir en fumée ?
Douglas Rushkoff (@rushkoff), dans son livre Throwing Rocks at the Google Bus, nous l’explique (page 37). “Furthermore, unscrupulous Web site owners have now learned to use robotic ad-viewing programs to juice their revenue from pay-per-click advertising. Most of these bots programs run secretly on the computers of everyday users in the form of malware, a kind of minivirus that co-opts a computer’s processing power. Bots now comprise an estimated 25 percent of all online video ad viewers and 10 percent of all static display ads. In 2015, advertisers are projected to lose 6.3 billion in pay-per-click fees to these imaginary viewers. Consider the irony: malware robots watch ads, monitored by automated habits, in a human-free feedback loop of ever-narrowing “personalization”. Nothing of value is created, but billions of dollars are made.
En résumé, “grâce” à des virus qui infectent nos ordinateurs, des robots simulent le visionnage de publicités en ligne. L’affichage des publicités est lui-même programmé… par des robots. Ainsi, des robots ciblent-ils des robots, sans création de valeur d’aucune sorte. 25% de la publicité en ligne serait ainsi concernée et en réalité “vue” par des robots !

L’enjeu de la visibilité
La visibilité est, pour les annonceurs, évidemment un enjeu énorme, comme le rappelle Matt Timothy, qui dirige la plate-forme publicitaire Vindico, dans une interview accordée à VMA Media en 2013 (cf L’avenir [des pixels] est entre nos mains, page 98 – Chapitre “Le marketing à la truelle à bout de souffle”). Dans cette entrevue, il affirmait que 57 % des publicités en ligne ne seraient pas visibles ! Il s’appuie, pour étayer ce chiffre, sur un vaste volume de données : 8 milliards de publicités analysées et 350 annonceurs avec lesquels Vindico travaillait en 2013

On comprend, à l’aune des révélations de Matt Timothy et celles plus récentes du rapport de la Fédération mondiale des annonceurs, qu’une partie considérable des budgets publicitaires en ligne sont en fait simplement jetés par les fenêtres.

Qui sont les perdants ?
– Les annonceurs
Selon Stephan Loerke (CEO, World Federation of Advertisers), mentionné dans l’article de l’AFP, les principaux perdants seraient les annonceurs. Certes, les annonceurs sont bien floués. Et massivement !

– Nous
Parce qu’en bout de chaîne c’est nous qui achetons les produits et services qu’ils nous proposent, ne sommes-nous pas plutôt les véritables victimes de ce pharamineux détournement ? Détournement de cet “impôt”, pour reprendre le terme employé par Scott Galloway (Professeur de marketing à la New York University Leonard N. Stern School of Business, NYU Stern) pour parler de la publicité, lors de sa conférence The Four – What To Do : « Advertising has become a tax that the poor and the technologically illiterate pay.« 

– Et les créateurs ?
Combien d’oeuvres de fiction et documentaire ces milliards de dollars dépensés en pure perte pourraient-ils permettre de financer ? Ces sommes considérables non seulement ne nous atteignent pas mais quand bien même elles le feraient, nous savons que les intrusions publicitaires sont de plus en plus mal vécues et que notre confiance dans la publicité s’érode (Réinventer le marketing – 3 conférences… et un discours d’anthologie). Investir dans la création permet aux marques de tisser ce lien si précieux et tant recherché. Investir dans la création ou plutôt s’investir dans des créations aux côtés de leurs auteurs, en s’invitant avec respect dans des univers narratifs, de façon à ce que les marques se propagent avec des oeuvres dont elles partagent les valeurs. C’est le sujet de cet échange au sujet de l’avenir de la création audiovisuelle que j’ai enregistré en 2014 :

En réinventant le marketing… (« Si on réinventait le marketing ? » est le titre de l’un des chapitres de L’avenir [des pixels] est entre nos mains, pages 207-226).
Les marques n’ont rien à perdre et tout à gagner à franchir le pas. Elles ont tout à gagner à agir avec respect, à s’inscrire dans une démarche durable et porteuse de sens et à coopérer avec les créateurs (Réinventer le marketing : respect, sens des responsabilités et coopération avec les créateurs).

… nous contribuons à réinventer le web et à façonner le monde !
Ces révélations fracassantes me paraissent être un signal on ne peut plus clair de l’urgence de dire adieu au modèle publicitaire intrusif dont nous héritons. Ce modèle est le pêché original d’Internet, comme le qualifie Ethan Zuckerman (@EthanZ), directeur du MIT Center for Civic Media, dans son article The Internet’s Original Sin. Ce modèle publicitaire à bout de souffle nous a conduits à l’Internet que nous connaissons aujourd’hui, un Internet dont la surveillance est le modèle économique par défaut. Il n’est pas trop tard pour laisser tomber le modèle économique basé sur la publicité et pour construire un meilleur web, comme nous l’explique Ethan Zuckerman (“It’s not too late to ditch the ad-based business model and build a better web.”).
Stephan Loerke, cité dans l’article de Stratégies, prévient : la fraude publicitaire pourrait représenter en 2025 le deuxième revenu des activités criminelles dans le monde après le trafic de drogues. Par leurs investissements, ce n’est donc pas seulement le web que les annonceurs façonnent, mais le monde.
Les acteurs de la publicité en ligne, les annonceurs en premier lieu, ont quotidiennement des choix à faire. A quels pixels s’associer et de quelle manière ? Le choix d’orienter ses investissements dans telle ou telle direction a un impact à long terme : quelles démarches, nourries de quelles valeurs, ce choix soutient-il ? Et, par là, quel Internet, quel monde, contribue-t-il à construire ?

Un web respectueux de notre temps, de notre vie privée, de notre attention (notre attention est un bien commun précieux) ne demande qu’à s’épanouir. Nous sommes de plus en plus nombreux non seulement à aspirer à voir prospérer un Internet et un monde respectueux de l’humain, mais à nous efforcer de le construire. L’avenir est entre nos mains !

(1) Fraude publicitaire : les annonceurs montent au créneau (Statégies – 9 novembre 2017)

(2) Compendium of Ad Fraud Knowledge, rapport de la World Federation of Advertisers

(3) Nearly 25% of ‘people’ viewing online video ads are robots used by fraudsters, by Dominic Rushe (The Guardian – 9 décembre 2014)

(4) The Internet’s Original Sin, by Ethan Zuckerman (The Atlantic – 14 août 2014)

——————————————————————————-

Acquérir le livre (version papier ou version numérique à prix libre).
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
Découvrir les interventions (conférences, ateliers, formations).
Comment soutenir le projet.
Rejoignez nous !

« Envie de rêver. Besoin d’une histoire. »

Il s’est passé un truc il y a quelques jours. Dans la soirée du 4 octobre pour être précis. Oh, ce n’est pas le genre de nouvelles qui circule en boucle sur les réseaux sociaux. C’est plutôt le genre de choses qui passent inaperçues auprès du plus grand nombre. Il se trouve que j’étais devant mon écran au moment où c’est arrivé. Et, sur le coup, cela m’a fait rudement plaisir : la captation de la reprise de Au cinéma, le titre du duo La chanson du dimanche, par la chorale du collège Reverdy a passé le cap symbolique des 100000 vues sur Youtube. C’est le signe que les mots, les notes, les images que produit la chorale résonnent auprès de nombre d’entre nous.

Marc Leroy dirige la chorale Reverdy, dans la Sarthe, depuis maintenant plusieurs années et monte chaque année un spectacle différent. Les captations sont mises en ligne, titre par titre, après le spectacle.
Je ne saurais dire comment j’ai découvert le travail de Marc et de la chorale, au gré de mes pérégrinations sur le web. J’ai trouvé original le choix des titres et leurs reprises souvent époustouflantes. Mais, ce qui m’a les plus touché, c’est que ces pixels sont le fruit du travail considérable d’un enseignant et de collégiens, qui se dépassent en créant une œuvre collective qui nécessite, pour émerger, du respect, de la tolérance, de la confiance, de la générosité, de la coopération.

La reprise de Au cinéma m’a souvent accompagné lors de l’écriture de L’avenir [des pixels] est entre nos mains pour me redonner du cœur à l’ouvrage. Ce titre plein d’énergie composé par un duo dont j’apprécie le travail avait, comme d’autres titres qui m’ont nourri, le pouvoir de recharger mes batteries. C’est pourquoi je suis heureux de lui donner de l’écho pour propager l’enthousiasme et la bonne humeur dont il est porteur.

Je ne connaissais Marc Leroy qu’à travers le travail qu’il expose en ligne : les titres de la chorale et ses propres compositions (marcleroy.com). Lorsque m’est venue l’idée de mettre en circulation des exemplaires suspendus du livre, j’ai pensé qu’il serait un formidable « passeur » et lui ai proposé de lui faire parvenir un exemplaire. Il a accepté et j’en ai été honoré. Nous avons alors discuté de vive voix et c’est là que j’ai pu mieux cerner l’impact véritable de ce que j’avais découvert sur YouTube et écouté à de nombreuses reprises : l’effet sur les chanteurs de leur participation à la chorale. Marc sème des graines. Parfois, c’est plusieurs années après avoir pris part à la chorale que les chanteurs saisissent les bénéfices de cette expérience pour eux.
Les 100000 vues de l’un des titres de la chorale ne sont pas le fruit d’un buzz éphémère. Elles récompensent symboliquement un travail d’artisan qui s’inscrit patiemment dans une démarche à long terme. Si ce cap me réjouit, c’est aussi parce qu’il m’offre un prétexte pour donner un coup de projecteur à la chorale Reverdy et au travail de Marc que je trouve inspirant, porteur de valeurs dont il me paraît salutaire « d’armer » les jeunes générations.

Tes parents – Vincent Delerm (extrait du spectacle du 20 juin 2013)

Le spectacle du 15 juin 2017 commence à être mis en ligne. Voici Le dernier Homme sur Terre, le premier titre partagé le 27 septembre.

Pour finir, un titre écrit et composé par Marc Leroy : Se sentir vivant (spectacle du 13 juin 2016).


Cliquer pour explorer la chaîne
.

——————————————————————————-

Acquérir le livre .
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
Découvrir les interventions proposées (conférences, ateliers, formations).
Comment soutenir le projet.
N’hésitez pas à nous (re)joindre.

Réinventer le marketing – 3 conférences… et un discours d’anthologie

Le marketing, la publicité (et leur avenir) font partie des sujets qu’aborde L’avenir [des pixels] est entre nos mains, comme je l’évoquais déjà dans l’article Réinventer le marketing : respect, sens des responsabilités et coopération avec les créateurs.
Voici quatre interventions à même d’enrichir les chapitres Le marketing à la truelle à bout de souffle (page 89) et Si on réinventait le marketing (page 207).

Dans Death of the Industrial Advertising Complex, Scott Galloway (professeur à la NYU Stern School of Business), nous explique notamment que la publicité a de moins en moins de poids dans la construction des marques.

Dans Sweat the small stuff, Rory Sutherland (Vice Chairman, Ogilvy & Mather Group) nous montre comment de petits changements peuvent avoir des effets considérables.

Dans Making Work For Humans, Not Consumers, Ivan Cash nous explique pourquoi ce n’est pas la taille du budget qui détermine l’impact des opérations de communication… mais plutôt leur authenticité. (Vous pouvez découvrir une autre intervention d’Ivan Cash dans l’article Conférence « Mutations liées au numérique » – quelques ressources).

En « bonus », je vous invite à écouter le discours de Jerry Seinfeld lorsqu’il reçoit sa récompense aux Clio Awards en 2014 (remise de prix lancée en 1959). « I love advertising because I love lying… » nous lance-t-il en introduction, après les remerciements de circonstance.

——————————————————————————-

Acquérir le livre.
D’autres ressources sur le sujet à explorer dans les empreintes numériques du livre.
Parcourir les enrichissements du livre.
C’est notamment, mais pas exclusivement, par le biais de ces articles que le livre entend être un livre « actif ».
N’hésitez pas à nous (re)joindre.
Comment soutenir le projet ?

——————————————————————————-

Conférence « Mutations liées au numérique » – quelques ressources

J’intervenais récemment durant six heures devant des étudiants sur le thème des mutations liées au numérique. Six heures pour traiter d’un sujet aussi vaste, c’est assez court. Pendant mon intervention, j’ai évoqué de nombreuses ressources accessibles en ligne. Je les partage ici pour que les étudiants puissent les consulter à leur guise. J’ai choisi de les partager sous la forme d’un article, plutôt que dans un document envoyé par mail pour les rendre facilement accessibles à tous.
Voici donc de quoi prolonger cette journée durant laquelle j’ai eu le plaisir de rencontrer des étudiants attentifs et curieux. Toutes ces ressources font partie des “empreintes numériques” du livre (je les ai déjà partagées sur les réseaux sociaux associés au livre : @timothyduquesne et la page Facebook). Certaines d’entre elles font partie des enrichissements de L’avenir [des pixels] est entre nos mains.
NB : si vous ne deviez lancer qu’une video de cette page qui donne accès à plus de 5h20 de ressources video, celle que je vous recommanderais le plus chaudement serait la conférence d’Eben Moglen située à la fin. Il y est question, à l’heure où les médias qui nous « scannent », du danger qui menace la plus précieuse de nos libertés : la liberté de penser.
Bonne exploration.

Sunday Times – Icons*

The Sunday Times – Icons from Us on Vimeo.

Snowboarding With The NYPD – Casey Neistat

Why videos go viral* – Kevin Allocca (YouTube’s trends manager)

The Power of Thinking Small – Ivan Cash

We Are #WomenNotObjects

Stop Funding Hate

Clip de la campagne lancée en 2016

Article The former CEO of Havas explains why the traditional advertising agency network model could be dead in 10 years*

Extrait de l’article De Lara O’Reilly (Business Insider)

The innovation of loneliness*

The Problem With Facebook*

Facebook Fraud*

How « The Hunger Games » Uses You to Advertise

Extrait du documentaire Generation Like* de Frank Koughan et Douglas Rushkoff

Twitter Stories: saved a bookstore with a Tweet*

Sachant nos usages en ligne surveillés, nous changeons nos comportements. Social Cooling est un site créé par Tijmen Schep à explorer.

2017 Edelman Trust Barometer – Global Results (crise de confiance envers les médias)

How Youth Navigate The News Landscape (.pdf)

Etude qualitative de Mary Madden, Amanda Lenhart and Claire Fontaine pour la Fondation Knight

 

 

Beware online « filter bubbles » – Eli Pariser

The Matrix Inverted – Aral Balkan at Øredev 2016

Beyond the Clouds – Aral Balkan at Globart 2016

Brain Power: From Neurons to Networks*, de Tiffany Shlain


Ce film fait l’analogie entre le web et le cerveau humain et nous invite à agir avec responsabilité pour nourrir ce cerveau mondial que nous nourrissons par chacune de nos interactions et qui nourrit nos propres cerveaux.

Stop Making Murderers Famous

Freedom of Thought Requires Free Media – Eben Moglen at re:publica 2012

* Les ressources marquées d’un astérisque figurent dans les enrichissements du livre. Il y en a de nombreux autres à explorer.

——————————————————————-
Acquérir L’avenir [des pixels] est entre nos mains (version papier ou version numérique à prix libre).
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
Partager un article est l’une des façons de soutenir notre démarche. Nous en listons d’autres sur la page Comment soutenir.
L’avenir [des pixels] est entre nos mains est un livre « actif ». Vous souhaitez nous (re)joindre ? Bienvenue !

Petits, mais pas insignifiants…

Zoom sur… le travail de Simon Cade

Réalisateur, Simon Cade, donne, depuis maintenant plusieurs années, des conseils de réalisation cinématographique sur son blog et sa chaîne YouTube DSLRguide (dont la signature est Learn Filmmaking). Je recommande son travail page 280 de L’avenir [des pixels] est entre nos mains (dans le chapitre « Notre destin en main »).

Lorsque j’ai découvert son travail, son blog dslrguide.tv n’avait que quelques mois. Sa constance, son talent et son professionnalisme sont récompensés à juste titre : sa chaîne, riche à explorer, compte à ce jour plus de 574000 abonnés et son compte Twitter plus de 11800.
« We are small, but we are not insignificant » est le message de ce film que j’ai choisi pour donner de l’écho à son travail récent : un message d’espoir bienvenu qui nous rappelle que l’avenir est bien entre nos mains, (notamment par le biais de ce à quoi nous décidons de prêter notre attention et de propager : #impactofpixels).

Bon visionnage !

Is There Any Hope for Humanity? from DSLRguide on Vimeo.

——————————————————————————-

Acquérir le livre (version papier ou version numérique à prix libre).
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
C’est notamment, mais pas exclusivement, par le biais de ces articles que le livre entend être un livre « actif ». Notre démarche vous parle ? Comment nous soutenir.
N’hésitez pas à nous (re)joindre.

Réinventer le marketing : respect, sens des responsabilités et coopération avec les créateurs

En 2013, je publiais United to Build Meaningful Media Ecosystems, contribution au programme Future of Advertising de l’Université de Wharton. Ce programme entend répondre, grâce à des contributions de professionnels du monde entier à deux questions : « A quoi pourrait ressembler la publicité de demain ? » et « Que devrions-nous faire maintenant pour nous y préparer ? ». J’y invite les marques à agir avec respect, à s’inscrire dans une démarche durable et porteuse de sens et à coopérer avec les créateurs. Une voie créatrice de valeur.
Depuis…
… ce texte figure page 305, traduit en français, dans le chapitre Unis, nous réinventons les médias de L’avenir [des pixels] est entre nos mains. Le chapitre Si on réinventait le marketing ? rappelle aux marques qu’elles sont coresponsables de notre avenir et détaille la façon elles peuvent, sous notre regard vigilant, être des acteurs responsables et respectueux qui, en retour, gagnent notre respect.
… il figure sous forme d’extraits dans Beyond Advertising: Creating Value Through All Customer Touchpoints, le livre (publié en février 2016) écrit par Yoram (Jerry) Wind, Catharine Findiesen Hays, les initiateurs du programme de Wharton, qui se sont appuyés pour ce travail sur les contributions du « Wharton Future of Advertising Innovation Network ».

Depuis
… il continue de s’enrichir en ligne (Le marketing, la publicité font partie des sujets qu’aborde le livre et ses empreintes numériques)
… j’ai eu l’occasion d’inviter des étudiants en marketing à construire l’avenir de façon responsable dans le cadre de conférences (« L’avenir [du marketing] est entre vos mains »).

Il reste encore du chemin à faire à bien des marques pour agir avec respect et de façon responsable. Mais le choix de s’inscrire dans cette démarche peut être fait à tout moment. Et chacun de nous, par nos propres choix, peut concrètement les y inciter.

———————————————————————————–

Acquérir le livre .
En savoir plus sur la mission du projet
Nous (re)joindre.
Comment soutenir.

Entretien avec Jean-Marc Culiersi (Film : Derniers remords avant l’oubli)

Dans un article récent sur la distribution cinématographique, j’annonçais une conversation avec Jean-Marc-Culiersi (auteur, réalisateur et producteur) à propos de Derniers remords avant l’oubli, le film dont il prépare actuellement le tournage. Elle peut désormais être écoutée ici même et sur la chaîne Soundcloud qui enrichit L’avenir [des pixels] est entre nos mains.
Jean-Marc expose la démarche, engagée pour un cinéma indépendant libre, qui anime la production de ce film à « micro-budget » et les défis qu’elle représente. Il aborde l’ancrage local de ce film dont le tournage aura lieu en Normandie, dans le Cotentin, et les opportunités qu’il représente pour inventer de nouvelles façons d’aller à la rencontre du public et lui faire découvrir des oeuvres.


Enfin, Jean-Marc nous fait part de son regard à propos de L’avenir des pixels et explique ce qui a conduit Les Films du Lion à être à nos côtés pour prendre part au déploiement du projet.

La musique du générique est composée par le talentueux Steven O’Brien (steven-obrien.net)
Steven O’Brien (@_StevenOBrien_) est mentionné page 299 de L’avenir [des pixels] est entre nos mains, en raison de sa démarche inspirante.

——————————————————————————-

Acquérir le livre (version papier ou version numérique à prix libre).
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
C’est notamment par le biais de ces entretiens que le livre entend être un livre « actif ».
Notre démarche vous parle ? Comment nous soutenir.
N’hésitez pas à nous (re)joindre.