infos@avenirdespixels.net

Notre attention : un bien commun précieux

L’avenir [des pixels] est entre nos mains appelle notamment à construire dans le sens d’un plus grand respect de notre temps et de notre attention. Nos journées ne durent que vingt-quatre heures (page 318 : « S’il n’y avait qu’un chiffre à retenir parmi tous ceux partagés dans ce livre, c’est celui-ci.»). Notre temps étant limité, notre attention l’est mécaniquement. Capter l’attention est un défi croissant (page 12 :« Nous avons accès à une infinité de pixels et pourtant, nous nous heurtons à un phénomène naturel : les journées ne durent que vingt-quatre heures. Je crois que l’on peut prédire avec un assez haut degré de confiance que cela devrait être le cas encore assez longtemps. Conséquence : dans cet hyperchoix, chacun de nos choix revêt une importance croissante. »

Notre civilisation connaît une « crise de l’attention », nous alerte Matthew B. Crawford, philosophe-mécanicien (Biographie plus complète sur le site de l’erg) notamment dans cette conférence, qui a eu lieu lors du séminaire 2016 de l’erg (école de recherche graphique).


Séminaire 2016 : Matthew B. Crawford, Beyond your head from erg on Vimeo.

Il évoque, en s’appuyant sur des expériences personnelles (à un distributeur automatique, dans un bus, dans un aéroport,…), la façon dont notre attention est aujourd’hui sollicitée de façon intrusive : « It seems like every surface of public space is getting auctioned off to private interests. »

Il nous alerte sur les conséquences de ces intrusions sur nos relations les uns aux autres (« The fields of view that haven’t been claimed for commerce seem to be getting fewer and narrower. The evermore complete penetration of public spaces by attention-getting technologies (…) [directs] us away from one another and toward a manufactured reality. »), sur nous-mêmes et sur notre civilisation : le silence est ce qui nous permet de penser, nous rappelle-t-il. Notre attention est donc une ressource non seulement limitée, mais précieuse. Il nous invite à voir cette ressource comme un bien commun, au même titre que l’air et l’eau.

Un bien commun qu’il convient de respecter. Le mouvement Time Well Spent (« Time Well Spent is a non-profit movement to reclaim our minds from the race for attention.« ), initié par Tristan Harris et James Williams et né du manifeste éponyme, nous invite à construire en ce sens, en concevant des technologies véritablement au service de l’Homme et qui respectent notre temps et notre attention. Le risque aujourd’hui est que les technologies décident à notre place. James Williams nous alerte à ce sujet. Dans une interview publiée le 18 juin 2017 accordée à Annabelle Laurent, journaliste au sein du magazine Usbek & Rica : « Définissons-nous encore ce à quoi nous voulons prêter attention ? Ou est-ce que ces technologies décident à notre place ? Pour moi, c’est une question politique de première importance. ». C’est juste. Et il est crucial que nous en prenions conscience.

Mais s’arrêter à la surface des pixels (ce à quoi nous prêtons attention) ne suffit pas. Nous devons aussi interroger leurs « coulisses ». Aral Balkan (@aral), qui se présente comme « Cyborg rights activist » et « Ethical designer« , nous invite à concevoir des technologies qui non seulement respectent le peu de temps que nous passons sur cette planète, qui respectent notre attention en nous offrant une expérience satisfaisante mais aussi (surtout) respectent les Droits de l’Homme.

C’est le message du manifeste du design éthique (Ethical Design Manifesto) dont il est l’auteur et qu’il nous présente plus en détail ici :

Ethical Design Manifesto from ind.ie on Vimeo.

Je vous invite à relever le défi consistant à regarder intégralement, sans que votre attention ne soit perturbée, ces riches conférences qui questionnent notre liberté dans ce monde que nous façonnons à chaque instant… et nous proposent des réponses pour le construire.
Je vous invite également à (re)voir Augmented (hyper)reality: Domestic Robocop, de Keiichi Matsuda, l’un des enrichissements de la page 35 du livre, un film court de fiction qui nous plonge dans un univers dans lequel notre attention est plus envahie que jamais.
De quoi nous inciter à construire dans une « écologie de l’attention ».

Augmented (hyper)Reality: Domestic Robocop from Keiichi Matsuda on Vimeo.

Dans cette « écologie de l’attention », n’oublions pas de laisser la plus grande place à… l’attention à l’autre. C’est l’un des messages que le réalisateur Steven Spielberg adressait aux nouveaux diplômés d’Harvard en 2016 lors de son Commencement Speech : « (…) And please stay connected. Please never lose eye contact. This may not be a lesson you want to hear from a person who creates media, but we are spending more time looking down at our devices than we are looking in each other’s eyes. (…) ». Une intervention à laquelle, je crois, il serait bon de prêter pleinement attention :

———————————————

Acquérir L’avenir [des pixels] est entre nos mains (version papier ou version numérique à prix libre).
Parcourir les enrichissements du livre.
Explorer les empreintes numériques du livre.
C’est notamment par le biais de ces articles que le livre se prolonge en ligne. Partager un article est l’une des façons de soutenir notre démarche. Nous en listons d’autres sur la page Comment soutenir.
L’avenir [des pixels] est entre nos mains est un livre « actif ». Vous souhaitez nous (re)joindre ? Bienvenue !